Main menu

Pages

330 000 enfants victimes d'abus sexuels à l'église

330 000 enfants victimes d'abus sexuels à l'église


 PARIS - Les victimes de mauvais traitements au sein de l'Église catholique française ont été invitées à un moment décisif mardi après qu'un autre rapport ait évalué que 330 000 jeunes en France ont été physiquement maltraités au cours des dernières années, ce qui constitue le premier bilan national de ce phénomène. 


330 000 enfants victimes d'abus sexuels à l'église
Ce chiffre comprend les mauvais traitements infligés par environ 3 000 ministres du culte et un nombre indéterminé d'autres personnes associées à la congrégation - un mauvais comportement que les spécialistes catholiques ont dissimulé pendant très longtemps d'une "manière fondamentale", selon le chef de la commission qui a présenté le rapport, Jean-Marc Sauvé. 


Le rapport de 2 500 pages a été remis alors que l'Église catholique en France, comme dans d'autres pays, cherche à faire la lumière sur des faits honteux d'initiés qui ont été dissimulés pendant un certain temps. Les victimes ont qualifié le rapport d'extrêmement tardif et la direction de l'assemblée des prêtres français a demandé leur pardon. 


Le rapport indique que le nombre de 330 000 victimes comprend 216 000 personnes malmenées par des ministres et d'autres prêtres, et le reste par des personnalités de la chapelle, par exemple des pionniers scouts ou des conseillers de camp. Les évaluations dépendent d'un examen plus approfondi de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale de France sur les mauvais traitements sexuels infligés aux jeunes dans le pays. 


Les auteurs de l'étude ont constaté que 80 % des victimes de la congrégation étaient des jeunes hommes, tandis que l'enquête plus approfondie sur les mauvais traitements sexuels a révélé que 75 % des victimes étaient des jeunes femmes. 


La commission indépendante a demandé à la congrégation de faire un geste fort, en dénonçant ses "problèmes" et son "silence". Elle a en outre demandé à l'Église catholique d'aider à rémunérer les personnes en question, en particulier dans les cas trop anciens pour envisager une action en justice devant les tribunaux français. 


"Nous considérons que la congrégation a une obligation envers les victimes", a déclaré M. Sauvé. 


François Devaux, président de l'association de victimes La Parole Libérée, a déclaré qu'il s'agissait "d'un moment décisif dans l'ensemble de nos expériences". Il a critiqué les dissimulations qui ont permis "des violations massives pendant un temps assez long". 


"Quoi qu'il en soit, bien plus terrible, il y a eu une déloyauté : double trahison de la confiance, bradage de la qualité éthique, double trahison des jeunes, trahison de l'honnêteté", a-t-il ajouté. 


Martine, 73 ans, et Mireille, 71 ans, ont été agressées physiquement par un religieux alors qu'elles étaient adolescentes au lycée. Toutes deux ont refusé de donner leur nom de famille pour des raisons de sécurité, dans la mesure où certains proches n'étaient pas au courant de ces mauvais traitements. 


"Cela accueille sur des considérations tellement affreuses", a déclaré Martine. "En ce qui me concerne, en fait, j'avais besoin de croire que mes proches allaient mordre la poussière", car de toute façon, selon elle, il n'était "pas pratique" de se lever. 


"J'imagine que chaque victime a fait l'expérience qu'elle était peut-être la seule à se concentrer sur (la victime), et c'est important pour cette merveille, y compris le contrôle et le mystère", a déclaré Mireille. "Nous sommes dans un état d'accommodation... dans une servitude psychologique. Dans ce sens, nous suivons cet individu qui prend brusquement le contrôle sur nous ... Nous sommes pris au piège dans une toile d'araignée". 


La reconnaissance de la défaillance est fondamentale, a-t-elle ajouté, et la rémunération monétaire est "vraiment représentative ... elle ne va pas arranger les choses, mais elle implique qu'elle va également leur coûter quelque chose." 


Olivier Savignac, responsable de l'association de victimes Parler et Revivre, a ajouté à l'examen. Il a fait savoir à l'Associated Press que la proportion élevée de victimes par agresseur était particulièrement "alarmante pour la société française, pour l'Église catholique." 


Savignac a attaqué la congrégation pour avoir considéré ces cas comme des bizarreries individuelles plutôt que comme une répulsion globale. Il a raconté avoir été malmené à l'âge de 13 ans par le surveillant d'un camp d'excursion catholique dans le sud de la France, à qui l'on reprochait d'avoir attaqué quelques autres jeunes hommes. 


"Je voyais ce ministre comme quelqu'un d'acceptable, un individu attentif qui ne me ferait peut-être pas de mal", a déclaré Savignac. "Cependant, c'est au moment où je me suis retrouvé sur ce lit à moitié dévêtu et qu'il me contactait que j'ai compris que quelque chose n'allait pas ...". Cela ressemble à une gangrène à l'intérieur du corps et de l'esprit de la victime." 


Le religieux à la longue a été considéré comme blâmable de maltraitance sexuelle sur des jeunes et condamné en 2018 à trois ans de prison, dont un an avec sursis. 


La commission a travaillé pendant deux ans et demi, en prêtant attention aux victimes et aux témoins et en se concentrant sur les dossiers de la chapelle, du tribunal, de la police et des journaux à partir des années 1950. Sauvé a reproché à la mentalité de la congrégation jusqu'au début des années 2000 "un manque d'intérêt profond et brutal envers les victimes". 


"Ici et là, les autorités de la chapelle n'ont pas décrié (les agressions sexuelles) et ont étonnamment présenté des jeunes aux chances en les mettant en contact avec des chasseurs", a-t-il poussé. 



Le chef de la Conférence des évêques de France, Eric de Moulins-Beaufort, a déclaré que les diocésains français "sont consternés" par les finitions du rapport. 


"Je souhaite ce jour-là demander le pardon, l'acquittement à chacun d'entre vous", a-t-il déclaré aux personnes concernées. 


"Personne ne s'attendait à ce qu'un nombre incalculable (de victimes) ressorte de l'étude et c'est opportunément surprenant et désordonné au regard du discernement que nous avons eu sur le terrain", a-t-il déclaré à l'AP. 


Luc Crepy, le ministre de Versailles qui dirige un bureau de lutte contre la pédophilie, a déclaré que "c'est plus qu'un choc. C'est une profonde sensation de déshonneur". 


Crepy a déclaré qu'un cycle était en cours pour rassembler des réserves et faire une commission autonome pour traiter le paiement de la chapelle pour les personnes en question. 


Ce rapport intervient après qu'un scandale concernant le pasteur Bernard Preynat, aujourd'hui défroqué, ait secoué l'Église catholique française. L'année dernière, Preynat a été mis en examen pour avoir malmené physiquement des mineurs et a été condamné à cinq ans de prison. Il a reconnu avoir malmené plus de 75 jeunes hommes pendant une longue période. 


Le représentant du Vatican, Matteo Bruni, a déclaré que le pape François a appris les découvertes du rapport "avec détresse". 


"Ses pensées vont en premier lieu aux personnes en question, avec un trouble significatif pour leurs blessures et une appréciation pour leur audace à se lever", a-t-il dit. 



En mai 2019, François a promulgué une nouvelle loi ecclésiastique de poids, exigeant que chaque ministre et chaque religieuse catholique signale aux spécialistes des chapelles les abus sexuels perpétrés par leurs patrons et les écrans de fumée. En juin, François a déclaré qu'un changement de cap était fondamental et que chaque diocèse devait assumer la responsabilité du "désastre" de l'urgence des abus sexuels. 


L'évaluation stupéfiante de plus d'un quart de million de victimes potentielles n'est pas comparable aux chiffres fournis par d'autres nations qui ont également été confrontées à la rétribution publique des abus sexuels dans les chapelles. Quoi qu'il en soit, chaque nation a exploré la question de différentes manières. 


Plutôt que de se limiter à des cas explicites, le rapport de la France a évalué l'ampleur générale du problème, en extrapolant le nombre de victimes sur la base d'enquêtes sur des épisodes explicites et d'analyses transnationales.



You are now in the first article
reactions

Commentaires

table of contents title